Pourquoi faire des semis sous abri ?

Salut les potagistes amateur ou aguerri, souvent on me pose la question : pourquoi semer sous abri ? Aujourd’hui je vais vous expliquer le pourquoi de la pratique des semis sous abri

Le semis sous abri a plusieurs avantages : démarrées plus tôt, les cultures ont de l'avance, et elles ne risquent pas de souffrir des gelées printanières. Mais quelles sont les différentes méthodes pour semer sous abri ?

Semer sous abri, c'est se donner la possibilité de semer plus tôt au printemps : protégées, les plantules risquent moins d'être détruites par le gel, notamment avant les fameux Saints de Glace. Ces quelques semaines d'avance pour les cultures permettent de récolter les légumes plus tôt au potager, et éventuellement de lancer une deuxième série de semis durant l'été. Au jardin d'ornement, les floraisons de printemps et d'été démarreront plus tôt. Enfin, le semis sous abri facilite la levée des graines les plus frileuses, qui ont besoin de chaleur pour germer, comme celles de tomates, poivrons, melons…


Semis à l'abri : où semer en pratique ?

Semis sous tunnel

Le tunnel est une installation qui a le mérite d'être modulable, relativement facile à installer et à déplacer, et à ranger. Les plantes peuvent y grandir en hauteur sans être gênées . On parle aussi de "serre tunnel". Le semis se fait alors directement en place, en pleine terre. Le semis sous tunnel est adapté à de nombreuses plantes qui n'ont pas besoin de trop de chaleur pour germer : légumes racines, haricots, pois, fèves, poireaux, choux, salades... ou fleurs peu frileuses.

Semis sous châssis

Un châssis est une installation "en dur", plutôt basse, avec des montants en bois et un toit vitré (vieille fenêtre par exemple). Le semis sous châssis implique un semis en terrine (ou caissette) ou en godet, ou en pleine terre pour les plantes qui supportent le repiquage. Lorsque les plantes atteignent une certaine hauteur, il faut les déplacer. Il faut aussi penser à ouvrir régulièrement le châssis pour éviter l'excès d'humidité à l'intérieur et se méfier des journées ensoleillées : la température grimpe vite à l'intérieur du châssis quand le soleil tape sur la vitre.

Semis sous serre

La serre permet non seulement d'avancer la date des semis, mais aussi de permettre la culture, tout au long de l'année, de plantes exotiques frileuses, et pas forcément des plantes décoratives : certains y sèment et y cultivent aussi leurs tomates.

Semis sous un voile d'hivernage

C'est la solution la plus économique pour semer sous abri, mais c'est aussi la moins efficace et la plus temporaire : le voile d'hivernage, aussi appelé voile de forçage, protège les semis des gelées printanières, mais la température sous le voile reste inférieure à celle qu'on peut atteindre sous une cloche, un châssis ou un tunnel.

Semis à l'intérieur, au chaud

Certaines graines ont besoin de chaleur (15 à 24°C selon les espèces) pour germer. Au printemps, le semis sous abri ne leur suffit pas, car les températures extérieures sont encore trop basses. Pour ces végétaux frileux (plantes potagères de la famille des solanacées et des cucurbitacées, fleurs d'origine exotique...), il faudra semer à l'intérieur, au chaud (véranda, pièce bien éclairée...).


Voici quelques exemple et modèle suivant l'espace ou la place que vous avez d'autres tailles et modèles existent sur le site .

5 vues0 commentaire